Pourquoi j’ai tant aimé le film La La Land…

Même si La La Land est plébiscité des deux côtés de l’Atlantique, qu’il a reçu de nombreux prix et qu’il rend heureux (d’après les affiches!), ce n’est pas tant pour cela que je souhaite vous parler de ce film coup de coeur…

Je vous avoue qu’au départ, la bande-annonce ne m’a pas vraiment accrochée. Ça chante, ça danse… et moi je me suis surtout demandée ce qui se cachait derrière un titre aussi mièvre!
Et puis j’ai suivi les avis et les critiques enthousiastes, je n’ai pas attendu le palmarès des Oscars et j’ai surtout voulu passer un bon moment en amoureux… Bref je suis allée le voir avec Mickaël, la veille de la Saint-Valentin.
Difficilement emballée par les premières scènes où ça chante et ça danse, justement, dans tous les sens, j’ai craint un instant que l’homme à mes côtés ne tienne pas deux heures à « supporter » cette comédie musicale!  Mais en acceptant de nous abandonner à ce genre cinématographique si rare de nos jours, nous nous sommes petit à petit laissés emporter par l’histoire des deux personnages, magnifiquement interprétés par Ryan Gosling et Emma Stone (qui méritent amplement leurs nominations et récompenses)…


Article: Télérama n°3498  / Carte: Cinq Mai

Elle, c’est Mia, une jeune actrice talentueuse en quête de gloire, expressive et jolie, qui enchaîne sans succès les casting et cache ses déceptions derrière un comptoir, en servant des cafés à de célèbres actrices dans les coulisses des grands studios…
Lui, c’est Sebastian, élégant et charmeur, un pianiste puriste et solitaire qui peine à s’émanciper des origines du jazz, subsiste grâce à de minables cachets, mais qui aimerait bien monter son club un jour…
Ces deux là étaient faits pour se rencontrer et pour s’aimer. Mais pas n’importe où: à Los Angeles, à L.A, ou plutôt à La La Land, le pays des rêves, dans la ville des étoiles (« City of stars », le titre-phare de la bande originale).
Et finalement, leur histoire d’amour, subtilement dépeinte sur fond de décors mythiques d’Hollywood, entre désillusion et romantisme, n’est qu’un prétexte, un tremplin pour que nos deux amants puissent réaliser leurs rêves… Des rêves tellement puissants qu’ils se placent au-dessus de leur amour.

Au-delà de l’esthétisme vibrant de ce film très 50’s (costumes, photo, décors, bande originale: tout est parfait), au-delà de la plaisante (re)découverte du jazz et ses adaptations modernes (j’adore la scène du concert où Mia découvre ébahie le nouveau style musical de Sebastian), au-delà de la performance de ses deux acteurs (qui chantent et dansent sans doublure!), au-delà du prisme d’émotions propres à une comédie romantique réussie (on rit, on pleure, on aime!)…
Au-delà de tout cela, ce qui me touche, dans La La Land, c’est le message d’espoir délivré par Damien Chazelle, son réalisateur. Ce film est une véritable ode à la joie, à l’amour, à la vie. Malgré les désillusions professionnelles, malgré les déceptions sentimentales, ce film parle à chacun de nous car il nous offre de croire en nos rêves. En sortant, c’est vrai, j’avais le coeur léger, et cette furieuse envie de chanter et danser… Et depuis j’écoute en boucle la magnifique B.O. composée par Justin Hurwitz !

Alors n’hésitez pas, si vous l’avez manqué, courez le voir (bande-annonce par ici) pour prendre une bonne dose d’optimisme. Et si vous l’avez vu, laissez moi vos commentaires ci-dessous, je serais curieuse de connaître vos impressions!

A bientôt.

Marie-Anne

Vous aimerez aussi...